Crise d’angoisse

L’attaque de panique est une crise d’angoisse transitoire, mais qui peut être marquante.

L’attaque de panique est définie par un épisode de crainte et de malaise intense qui se déclenche brutalement, et qui atteint son paroxysme au bout d’une dizaine de minutes, et retombe ensuite au bout de 45 minutes.

Même si ces crises sont passagères, leurs vécus peuvent être très douloureux pour certaines personnes. En effet, une attaque de panique se manifeste par des symptômes somatiques, psychologiques, psychosensoriels et comportementaux, mais leur intensité peut varier d’une personne à l’autre. La manifestation la plus commune est l’augmentation du rythme cardiaque accompagnée par des difficultés respiratoires et des douleurs thoraciques avec une sensation d’étouffement et de vertige. Ces symptômes sont souvent associés à un peur de devenir fou, de perdre le contrôle de soi, voire même de mourir.

Aussi, certaines personnes peuvent présenter une bouffée de chaleur avec une rougeur du visage, des mains moites. D’autres, au contraire, peuvent avoir des frissons et des tremblements. Parfois les personnes qui vivent ces attaques peuvent se sentir étrangère à elles-mêmes ou au contexte dans lequel elles se trouvent ; avec une impression que leur corps ou leur environnement se déforme, on parle alors de dépersonnalisation et de déréalisation.

Tous ces symptômes peuvent inhiber la personne, l’empêchant de bouger, de se concentrer ou de réfléchir, ou au contraire, peuvent l’agiter, l’empêchant alors de rester sur place, avec des idées qui fuient. L’intensité de ces symptômes est parfois telle que l’attaque de panique peut être interprétée à tort comme une crise cardiaque.

L’attaque de panique peut donner lieu à une anticipation anxieuse et aux conduites d’évitement

Après avoir vécu une attaque de panique, les personnes ont tendance à anticiper l’arrivée d’une nouvelle attaque. Ainsi, elles éviteront le lieu où l’attaque est survenue, voire toutes les situations où il pourrait être difficile de trouver de l’aide en cas de récidive. Elles peuvent même refuser de sortir, ou exiger la présence de leur proche pour ce faire.

Ces évitements peuvent progressivement enfermer l’individu dans un cercle vicieux dans lequel l’isolement devient de plus en plus prégnant. 

Les attaques de paniques à répétitions peuvent évoluer en trouble de panique

Les attaques de panique peuvent soit être ponctuelle, n’amenant alors pas de changement dans le mode de pensée et de comportement chez l’individu, soit se chroniciser avec plusieurs attaques dans le mois et devenir alors un trouble de panique, qui peut prendre deux formes, avec agoraphobie ou sans agoraphobie.

Pour toute question relative à la prise en charge, merci de nous contacter.